InfoSaguenay

Saguenay-Lac-Saint-Jean,
Québec

Transmettre une nouvelle?

Chicoutimi — Alors que la population de la ville utilise de plus en plus les services de la Société de Transport du Saguenay (STS), les heures d’ouverture peuvent parfois causer des maux de tête pour les usagers du transport en commun, qui doivent trouver d’autres alternatives pour aller et revenir du travail.

C’est surtout durant la fin de semaine que la STS ne voit pas son nombre d’usagers augmenter en raison de cette problématique. Surprenant, mais rien ne change…

Budget

En entrevue, la conseillère en communication à la STS Louise Malaison explique que la Société de Transport «aimerait beaucoup augmenter ses heures de services, mais tout est une question de budget, tout est une question d’achalandage. S’il y aurait plus de gens qui prendrait l’autobus, il y aurait plus de revenus dans nos boites de monnaies, il y aurait donc plus de justifications afin d’augmenter les heures de services, de prolonger, d’extensionner.»

S’il y aurait plus de gens qui prendrait l’autobus (…) il y aurait donc plus de justifications afin d’augmenter les heures de services, de prolonger, d’extensionner. ― déclare la conseillère en communication à la Société de transport du Saguenay, Louise Malaison.

Si nous croyons les paroles de Mme Malaison, il va de soi que l’augmentation des heures de services ne serait pas pour maintenant, sauf si la population emboite le pas et pour le moment, la population ne semble pas réagir.

Prendre exemple

Prenons exemple sur la Ville de Rouyn-Noranda, qui en mars dernier, a commandée une étude pour savoir comment elle pouvait améliorer son service de transport en commun. La société de transport offre maintenant des autobus plus tôt la fin de semaine.

Rejoint par courriel, la coordinatrice administrative des Services communautaires et de proximité de Rouyn-Noranda, Lise Paquet, déclare avant tout que le service de transport en commun de la Ville de Rouyn-Noranda n’offre pas un service avec des passages chaque 5 minutes aux arrêts.

Nous possédons trois circuits réguliers et la fréquence de passage sur l’un des circuits est soit aux 30 minutes à certaines heures du jour ou une fois par heure à d’autres moments de la journée. Pour les deux autres circuits, les passages sont soit une fois par heure ou une fois toutes les deux heures. ― mentionne la coordinatrice administrative des Services communautaires et de proximité de Rouyn-Noranda, Lise Paquet.

Priorité

Contrairement à Saguenay où le maire Jean Tremblay exerce des coupures majeures de plusieurs millions de dollars par année dans les coffres de la STS, la Ville de Rouyn-Noranda finance majoritairement le transport en commun. Comme quoi, à Saguenay, le transport par autobus n’est pas une priorité.

C’est la Ville de Rouyn-Noranda qui injecte la majeure partie du financement de ce service, soit à la hauteur de 48.5%. Les usagers contribuent à la hauteur de 27,6%. le MTQ à 22,1% et la location d’espaces publicitaires complète le tout avec 1.8%. (Données de l’année 2012). ― mentionne Madame Paquet.

Manque d’effort

Si la STS se dit une petite société de transport et qu’elle n’est pas capable d’offrir des autobus plus tôt la fin de semaine, mais que la Société de Transport de Rouyn-Noranda peut se le permettre.

L’offre de service est conçue en fonction de la capacité de payer et des choix faits en conséquence, ajoute-t-elle.

Rappelons qu’en 2013, le nombre de passages c’était établit à 132 437 à Rouyn-Noranda et selon le rapport de passages qui date de 2011 de la Société de Transport du Saguenay, elle dénombre pas moins de 4 776 236 passages. plus de 4 643 799 qu’à Rouyn-Noranda.

Nous pouvons voir la volonté du maire de Rouyn-Noranda, Morio Provencher, en rapport avec le transport en commun, qui ne se voit pas avec le maire de Saguenay Jean Tremblay. Est-ce réalisable de créer un service de taxis bus? En d’autres termes, l’autobus permettrait d’apporter les gens à leur lieu de travail à 7h et elle retourne au garage par la suite.

On a qu’à penser à une navette en direction du quartier industriel. À suivre…


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *