InfoSaguenay

Saguenay-Lac-Saint-Jean,
Québec

Transmettre une nouvelle?

Chicoutimi – La «guerre des hebdos» prendra fin avec la vente des 74 hebdos Québecor publiés au Québec  au groupe TC Média. Quant à la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ), elle craint néanmoins que la conclusion de ce conflit fasse une nouvelle victime d’ici les prochains mois: l’information régionale.

Le portrait de la presse hebdomadaire régionale vient prendre une autre tournure  d’un seul coup. Il ne reste plus sur le terrain qu’un seul groupe de presse fortement dominant, TC Media, qui détient désormais plus de 150 journaux. À peine plus d’une soixantaine de journaux demeurent indépendants et les conséquences de cette transaction seront à surveiller de très près et elles toucheront surtout l’information régionale.

Dans les régions où un hebdo a été créé ou renforcé au cours des dernières années expressément afin de concurrencer l’autre grand groupe de presse, Il faut redouter les fermetures ou les fusions futur d’hebdos et la disparition de postes de journalistes.

Ça sera un recul dans la diversité des nouvelles et dans une étude commandée en 2008 par la FPJQ sur l’information régionale, on apprenait que les citoyens, lorsqu’ils veulent s’informer sur l’actualité de leur région, comptent d’abord sur la télévision (31%), puis en seconde position: les hebdos (22%), c’est donc la deuxième source d’information locale et régionale.

La FPJQ demande à TC Media de tout faire pour sauvegarder, le plus que possible, les postes des journalistes dont l’hebdo serait fermé et de maintenir ainsi les forces existantes en information.

L’information régionale pourrait également pâtir de cette transaction sous un autre angle. Ce sont les hebdos Québecor qui fournissent en partie les nouvelles sur les régions dans le Journal de Montréal, le Journal de Québec et dans le 24 heures. Cette source d’information sur les régions rendue disponible à l’ensemble des citoyens du Québec va disparaître.

La transaction annoncée aujourd’hui semble confirmer ce que plusieurs redoutaient lors du lancement de la guerre des hebdos en 2010: les marchés publicitaires locaux peuvent difficilement faire vivre plusieurs journaux concurrents, mais l’initiative avait entraîné dans certains cas la création de nouveaux journaux et de nouveaux postes de journalistes ou le renforcement de journaux existants. L’expérience fut courte, mais elle a eu certaines conséquences positives pour l’information des citoyens, notamment plus de diversité et une saine émulation en matière de nouvelles.

Elle se menait cependant à coups de rabais extrêmes sur les prix des pages publicitaires, avec des répercussions fâcheuses pour les journaux indépendants incapables de pratiquer de tels tarifs et d’encaisser des pertes sur une longue période.

Vue sous cet angle, la transaction n’annonce pas des jours plus difficiles pour les journaux indépendants, mais la FPJQ estime qu’elle devra être scrutée par le Bureau de la concurrence afin d’en mesurer l’impact.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *